Raman protasevic-sofia sapega

Joint statement by Belarusian human rights organizations
Minsk – May 24, 2021

On May 23, blogger Raman Pratasevich was detained by Belarusian security forces at the Minsk National Airport, following the forced landing of a Ryanair passenger airliner.
According to available information, Pratasevich is facing charges under Part 1 of Art. 293 of the Criminal Code (organization of mass riots), Part 1 of Art. 342 of the Criminal Code (organization or active participation in group actions that grossly violate public order) and Part 3 of Art. 130 of the Criminal Code (incitement to social discord).
Based on this, the blogger was included in the national database of terrorists and put on an international wanted list. A request for his extradition was sent by the Belarusian authorities to the Polish government.
It is also known that Sofia Sapega, a student of the European Humanities University, was arbitrarily detained together with Raman Pratasevich.
In this regard, we, representatives of Belarusian human rights organizations, note the following:
Blogger Raman Pratasevich is being persecuted by the Belarusian authorities against the backdrop of a profound human rights crisis, triggered by the launch of the presidential election last May and continuing to this day. The crisis is accompanied by unprecedented political repression against thousands of individuals from every social group. All of them are united by sharing dissenting views on the development of the country, demanding fair elections and human rights for all citizens of Belarus without exception.
Raman Pratasevich’s public activity is nothing but the peaceful exercise of the freedoms guaranteed by both the Constitution of the Republic of Belarus and international human rights law, the freedom to seek and disseminate information and to express one's opinion, among others.
According to international standards of freedom of expression, no one may be subjected to any kind of restriction, including deprivation of their rights or penalties due to their own opinions or beliefs.
A person may be punished for expressing their opinion, in case it threatens national security, provided that the government can demonstrate:
a) that the expression of opinion is aimed at calls for violent action;
b) may lead to such acts of violence;
c) there is a direct and immediate link between these statements and the likelihood or occurrence of such violent acts.
As we have repeatedly noted, the spontaneous gatherings that began after the presidential election of August 8, 2020 were mostly peaceful and were not accompanied by actions that could be described as riots.
The accusation of Raman Pratasevich of inciting social discord against government officials, police officers and other officials is, in our opinion, nothing but persecution for criticizing the current government. Article 130 of the Criminal Code is intended primarily to protect vulnerable groups of society from inciting hatred, rather than government officials from criticism, however harsh it may be. We have repeatedly clarified that government officials are not a separate social group.
In addition, according to international standards on freedom of expression, it is inadmissible to punish for criticism or insult of a nation, state or its symbols, government, state institutions or state and public figures, unless such criticism or insults are aimed at inciting violence or can trigger such actions.
In this regard, we consider the persecution of Raman Pratasevich to be politically motivated, as it is related to the peaceful exercise of his opinion, and the detainee is therefore a political prisoner, in accordance with paragraph 3.1 (a) of the Guidelines on the Definition of Political Prisoners.
We call on the Belarusian authorities to:
immediately release Raman Pratasevich and drop the criminal charges he is facing;
  • release arbitrarily detained Sofia Sapega;
  • release all political prisoners and end political repression in the country.
Human Rights Center "Viasna"
PEN Belarus
Legal Initiative
Center for Legal Transformation “Lawtrend”
Belarusian Association of Journalists
Human Constanta
FORB Initiative
Belarusian Documentation Center
Belarusian Helsinki Committee

thanks to Viasna

Amnesty International: Journalist apprehended in Minsk airport after emergency landing must be released immediately
Reacting to the news that the Belarusian authorities apprehended Raman Pratasevich, former editor-in-chief of the popular opposition Telegram channel NEXTA, after an emergency landing in Minsk of the airplane he took, Marie Struthers, Amnesty International’s Eastern Europe and Central Asia Director, said:
  • “The situation here is simple. There is little doubt that the Belarusian authorities used a false bomb threat and a MiG fighter jet to force an airplane flying from one country of the European Union to another to land with the apparent sole purpose of detaining an exiled critical journalist whom they badly wanted silenced.
  • “While it sounds like an extraordinary Hollywood plot, it’s not. The reality of this apparent act of air piracy is chilling. The European Union and the rest of the world must react without delay and call for the immediate release of Raman Pratasevich. He should be allowed to leave Belarus and travel to the country of his choice.”
Background
On 23 May, Raman Pratasevich, 26, who until September 2020 led the biggest Belarusian opposition Telegram channels NEXTA and NEXTA Live, was detained at Minsk airport after his Lithuania-bound flight made an emergency landing over a purported bomb threat which was promptly reported as false. A MiG-29 fighter jet belonging to the Belarusian Air Forces escorted the civilian plane to the alternate airfield in Minsk.  
Last year, NEXTA and its sister channels were declared “extremist” and subsequently banned in Belarus by the country’s security services, as part of the authorities’ brutal crackdown on peaceful dissent in the country after the widely-disputed results of the 9 August presidential elections. Raman Pratasevich and his associate Stsyapan Putsila were arbitrarily added to Belarus's list of “individuals involved in terrorist activity.” The two were also charged with “incitement of mass riots”, “gross violation of public order” and “incitement od social hatred” against public officials and law enforcement agents. These crimes carry penalties of up to 15 years in prison.

Le vol de la compagnie aérienne allemande Lufthansa à destination de Francfort a été retardé de près de deux heures lundi  24 mai à l'aéroport national de Minsk après avoir reçu des informations sur un prétendu "acte terroriste", rapportait le service de presse de l'aéroport. L'avion devait décoller à 14 h 20. heure locale (y compris heure lituanienne). "Un e-mail était envoyé à l'aéroport national par des personnes non identifiées évoquant l'intention de commettre un acte terroriste avant le vol LH1487 de Lufthansa sur la route Minsk-Francfort", indique le rapport de l'aéroport. "L'embarquement des [passagers] sur ce vol a été suspendu." «Selon la législation nationale sur la sûreté aérienne en vigueur dans de telles situations, les services de sûreté aérienne des aéroports doivent prendre des mesures globales pour assurer la sécurité des passagers, de l'équipage et des aéronefs. Par conséquent, des procédures appropriées sont actuellement en place - une nouvelle inspection de l'avion et de tout ce qui y serait transporté », annonce le service de presse de l'aéroport de Minsk. Des témoins de l'incident ont précédemment rapporté que les passagers de ce vol avaient été envoyés pour une réinspection. Cependant, lors de l'inspection supplémentaire, rien de suspect n'était trouvé et l'avion s'envolait à 16 h 15, informait l'aéroport. L'aéroport notait que toutes les parties concernées avaient été informées de la situation de cette fausse alerte.

RAMAN PROTASEVIC ELEVE A LA DIGNITE DE PRISONNIER POLITIQUE
Le journaliste Raman Pratasevic, qui a été arrêté après l'atterrissage forcé d'un avion de Ryanair en Biélorussie, a été reconnu comme prisonnier politique, a annoncé lundi le centre biélorusse des droits de l'homme Viasna. "Nous considérons que la persécution de Raman Pratasevičius est politiquement motivée en termes d'expression pacifique de l'opinion, et lui-même est un prisonnier politique conformément à la section 3.1 (a) du Manuel sur la définition du concept de prisonnier politique," dit le rapport. Un tel manuel a été élaboré en 2013 par un groupe de défenseurs de plusieurs pays d'Europe de l'Est, sur la base d'une expérience internationale. Les autorités bélarussiennes accusent R. Pratasevich en vertu de l'article 293 (1) du Code pénal (organisation de troubles de masse), de l'article 342 (1) (organisation ou participation active à des actions de groupe qui violent gravement l'ordre public). R. Pratasevic a été inscrit sur la liste des terroristes au Bélarus, sa recherche internationale a été annoncée, sa demande d'extradition a été envoyée en Pologne, selon les défenseurs des droits. << Les activités publiques de Ramanas Pratasevičius ne sont rien d'autre que la réalisation pacifique des libertés garanties à la fois par la Constitution de la République du Bélarus et par les normes du droit international dans le domaine des droits de l'homme, [y compris] la liberté de recueillir et de diffuser des informations, exprimer son opinion. Selon les normes internationales de liberté d'expression, nul ne peut faire l'objet de restrictions, de privations de droits ou de sanctions pour opinions ou convictions personnelles », ont souligné les défenseurs. En vertu des normes internationales de liberté d'expression, nul ne peut être soumis à des restrictions. Ils ont appelé à la libération immédiate de Pratasevičius, un citoyen russe détenu par Pratasevičius et son ami, et de tous les autres prisonniers politiques détenus en Biélorussie après l'atterrissage de l'avion à Minsk dimanche. Dimanche, des responsables biélorusses ont fait atterrir de force un avion de passagers de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair reliant Athènes à Vilnius à Minsk. Lorsque l'avion a atterri à Minsk, les aéroports lituaniens ont affirmé que le paquebot avait été contraint de changer de cap en raison d'un conflit entre l'équipage et les passagers, tandis que l'aéroport de Minsk avait rendu public une version différente - que le paquebot avait été détourné en raison d'un rapport d'explosifs. Aucune de ces versions n'a été confirmée. La Biélorussie a utilisé un avion de combat et un hélicoptère militaire pour faire atterrir un avion civil. R. Pratasevicius, un activiste et blogueur de l'opposition biélorusse qui a piloté un avion de Ryanair et fondateur de la chaîne d'information Nexta, a été arrêté après son atterrissage à Minsk. Sa petite amie a également été détenue.

Skaityti daugiau: 



NOW AND THEN
Mr. Joseph Borrel
The hijacking of the RYANAIR flight on Sunday, May 23, 2021 received widespread attention in Europe because of its particularly incredible character. I hereby remind you of articles 2, 10 and 11 as well as 47 and following of the fundamental rights of Europeans of regulation EU 2016-C202. That you are responsible for enforcing The incredible hijacking of Sunday, May 23, 2021 aimed for the dictator of Belarus to capture a Union citizen of Lithuanian nationality living in Poland. To this end, I ask you to tell me how you intend to ensure that the rights of this person are respected. By coercion, the use of force or diplomacy? In particular, to prohibit his capital execution in application of article 2 of the Treaty on Fundamental Rights of the Right to life. As well as organizing the provisions of Articles 10 and 11 Freedom of thought and freedom of expression without any interference by public authority and regardless of frontiers. The detention of this person, during his apprehension, by the militia forces of the Berkut division, in Belarus, indicates the non respect of these freedoms which you are responsible for enforcing for the application of the right to Union law, international law, and international conventions to which the Member States of the Union are parties. How do you plan to organize the right of this detained European to an independent and impartial tribunal within the meaning of Articles 47 et seq. Of the Charter. What means do you plan to use? In order to put an end to the abuse of rights of which this European citizen is currently the victim? What extensive resources do you plan to put in place to ensure compliance with Union law? The Lisbon Treaty does not have the means to implement. These rights seem purely virtual and fictitious. How do you intend to force Belarus to respect them? Thank you for your reply Subject to all reservations Claude thebault

en Français

Monsieur Joseph Borrel,
Le détournement du vol RYANAIR, le dimanche 23 mai 2021 retenait largement l'attention générale en Europe à raison de son caractère particulièrement rocambolesque.
Je vous rappelle par la présente les articles 2, 10 et 11 ainsi que 47 et suivants des droits fondamentaux des Européens du règlement EU 2016-C202. Que vous avez la charge de faire respecter
Le détournement rocambolesque du dimanche 23 mai 2021 visait, pour le dictateur du Bélarus à capturer un citoyen de l'Union de nationalité lituanienne vivant en Pologne.
A cette fin je vous demande de me préciser comment comptez-vous assurer le respect des droits de cette personne. Par la contrainte, l'usage de la force ou la diplomatie?
Notamment interdire son exécution capitale en application de l'article 2 du Traité des Droits Fondamentaux du Droit à la vie.
Ainsi qu'organiser les dispositions des articles 10 et 11 Liberté de pensée et liberté d'expression sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorité publique et sans considération de frontières.
La détention de cette personne, lors de son appréhension, par les forces miliciennes de la division Berkut, au Belarus, indique le non respect de ces libertés que vous avez la charge de faire respecter pour application du droit de l'Union, le droit international, et les conventions internationales auxquelles sont parties les Etats membres de l'Union.
Comment comptez-vous organiser le droit de cet européen, détenu, à un tribunal indépendant et impartial au sens des articles 47 et suivants de la Charte.
Quels moyens comptez-vous employer? Afin de mettre un terme aux abus de droit dont ce citoyen européen est actuellement victime?
Quels moyens étendus comptez-vous mettre en place afin d'assurer le respect du droit de l'Union?
Le Traité de Lisbonne ne dispose pas des moyens à mettre en oeuvre. Ces droits semblent purement virtuels et fictifs.
Comment comptez-vous contraindre le Bélarus à les respecter?
Je vous remercie de votre réponse
Sous toutes réserves
Claude Thebault
"Toujours prêt" svigda gatov

La désinformation russo-belarus

Le dossier du détournement du boeing Ryanair se transforme en une affaire de désinformation et d'intoxication russo-bélarus.
L'une des surprises de ce dossier était de voir, le 24 mai, l'intervention de la désinformeuse du Kremlin Zackareva se déclarant "choquée" par les réactions européennes à propos du détournement du vol Rayanair de Vilnius sur Minsk. Elle désinformait habilement sur le mode des faux souvenirs implantables en mémoire en reprochant à l'Europe d'avoir, en 2013, provoqué à la demande des Etats Unis l'arrestation du président brésilien Evo Morales. L'affaire se rapporte à Edgar Snowden, alors suspecté d'être convoyé depuis la Russie, par le Brésil, à la demande de Biden, alors vice président de Obama.
L'autre surprise, se résume à l'apparition du hamas, dans ce détournement rocambolesque du 23 mai, en qualité d'auteur d'un message d'attentat à la bombe, venu de Suisse. Message relayé hier 25 mai par la presse lituanienne, suite à l'enquête préliminaire menée par Vilnius, lors du retour des passagers, sans les otages détenus, au nombre desquels figurent des absents russes, membres des services de renseignement "soviétiques". Ce matin à Minsk Loukasancko se défend en affimant avoir fait son devoir en détenant le Lituanien Protavicius qu'il recherchait. Sans expliquer, ni justifier, la détention de Sofia Sapega.

Ainsi seraient mensongères les affirmations selon lesquelles un mig 29 militaire, et un hélicoptère MI 24, participaient au détournement du Boeing. En revanche aucune copie n'est produite du message d'attentat à la bombe du Hamas palestinien alors en guerre contre Israel avec des affrontements meurtriers dans la bande Gaza. L'élection de BIDEN constitue une mauvaise nouvelle pour l'Occident. Car son retour aux affaires ramène les conflits iraniens et israéliens. il faudra demander à l'ambassadeur Suisse Claude Altermatt la copie du message d'appel à la bombe du dimanche 23 mai, si toutefois ce message existe. Les données disponibles le 23 mai évoquent un affrontement entre les passagers, dissipé, sans explication par la presse lituanienne de ce dimanche. La presse Suisse 24 Heures rapporte ceci "Selon un passager français âgé de 25 ans, Arthur Six, l’opposant a «paniqué mais s’est calmé après cela». «Il ne criait pas, mais c’était visible qu’il avait très peur. On aurait dit que si le hublot avait été ouvert, il aurait sauté», renchérissait un autre passager, Edvinas Dimsa, 37 ans".
Il faut 10 minutes pour aller de Vilnius à Minsk. Ce furent donc 10 minutes d'angoisse de se sentir piégé. Loukasancko justifie la détention par un fait du hasard, secondé par les renseignements militaires russes. Protasevic était recherché il le capture. En 2013 Evo Morales revenait en Bolivie, pas Protasevic en Lituanie. Ni son amie Sofia dont "l'aveu" de diriger NEXTA rappelle le film du même nom de Costa Gavras contre les généraux grecs. Le mélange est peu crédible. Il faudra se contenter de ce mauvais brouet. Une soupe de Bortsch dirait Marina. Les orties comme salade il faut aimer. Désormais le président Nauseda doit gérer ses erreurs, notamment la fin des séjours charters dans les pays baltes et la récession touristique annoncée. La compagnie aérienne belorus Belavia perd sa licence de Vol avec la Suède. Le plus grave se nomme désormais le procès Protevicius. Au CEDH ou ailleurs, à Moscou? L'Europe est appelée à défendre ses valeurs de droit d'expression. Telle est la question posée à Borrel hier, par l'adresse tutby2.com. Ainsi que ce matin à Macron et à son ministre Le Driant.


Déroutage d'avion de ligne ou détournement, quelle différence?
Le 26 mai 2021 Lukasancko comparaissait devant le Parlement du Bélarus rapportait ATS Suisse à 11h40 afin d'y faire un aveu, et d'y déclarer 2 mensonges pour les faire accepter par l'opinion publique.

L'aveu concerne le détournement du vol RYANAIR le dimanche 23 mai 2021
"Le président bélarusse Alexandre Loukachenko a affirmé avoir agi «légalement» en déroutant un avion civil sur Minsk" déclarait les agences de presse Keystone et Belta
le26/05 à 11h40 dans le même communiqué. Déroutage ou détournement de ligne quelle différence? Aucune!?

Les deux mensonges

UN
le faux démenti du mig 29 russe d'interception forcée, était un simple accompagnement!
Lukasancko confirme en appaisant les craintes la présence d'un mig 29 pour un autre motif que la coercition MILITAIRE de quelle base? RUSSE? non précisé: Depuis quand un avion militaire sert-il à d'autres usages que la guerre? Une subversion de symboles?
"«la mission de l'avion de chasse était d'établir la communication, d'accompagner l'atterrissage de l'avion de passagers en cas de situation d'urgence». Aucune urgence constatée, mais un appareil militaire confirmé :notez la confusion entretenue. Il tente de rassurer à minima comme un menteur patenté.
l'évocation de l'urgence se rapporte à une prétendue alerte à la bombe démentie rapidement par le Hamas mis en cause le 23 mai, et la suisse le 26 mai en ces termes "Le Hamas démentait rapidement être concerné par une alerte à la bombe".

La Suisse démentait mercredi 26 mai la déclaration du dirigeant autoritaire biélorusse Aliaksandr Loukachenko selon laquelle un avion de Ryanair reliant Athènes à Vilnius le week-end dernier était détourné de force à Minsk par un appareil militaire après avoir reçu des informations des autorités suisses sur une bombe qui aurait été placée à bord.
"Selon les informations disponibles, la Suisse n'était pas au courant de la menace d'une bombe sur le vol Athènes-Vilnius de Ryanair", déclarait Pierre Allain Eltschinger, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères DFAE, cité par les médias suisses.
"En conséquence, il n'y a eu aucune notification de la Suisse aux autorités bélarussiennes ATS/KEYSTONE/BELTA communiqué 26/05

DEUX
la fausse action légale de protection prétendue de la population
Le dictateur du Bélarus affirmait le 26 mai 2021 "J'ai agi légalement, en défendant les gens, conformément à toutes les règles internationales." Justification "à minima" du menteur elle aussi.
L'avis de recherche de Raman Protasevic émanait du Procureur général de Minsk, et la recherche concernait l'UEE asiatique depuis octobre 2020 inopposable à l'Europe.
"En octobre, la Biélorussie déclarait Nexta chaîne "extrémiste" et ordonnait son blocage "Baltic News Service 24/05
On apprenait le 25 mai que l'auteure des appels à manifester se nommait Sofia Sapega et non Raman par cette déclaration publique. "NEXTA c'est moi".
Sofia Sapega était alors non recherchée, sa détention physique se trouve dépourvue de justification au titre de la défense internationale du droit des gens (jus gentium) à la protection générale par un Etat. A quel titre le Bélarus s'en charge? Par la magie opérationnelle d'un avion militaire appelé expressément sur le théâtre d'opération.
Lukasancko opère ici une confusion volontaire afin de justifier, à postériori, une rétention arbitraire et la faire accepter par l'opinion publique dans l'indifférence générale. Une technique de manipulation issue du "soviétisme"dont Lukasancko donne ici une démonstration magistrale.


L'abus d'autorité avec circonstance aggravante de la rétention de Sofia Sapega le 23 mai à Minsk.
Les relations de Sofia Sapega et de la Russie dépendent de l'accord cadre signé entre la Russie et l'Europe et non de l'intégration politique de la Russie et du Bélarus.
Le refus du consul russe de porter secours à Sofia Sapega, selon Svetlana, est susceptible de mettre en cause Putin, si de tels ordres émanaient du Kremlin.
Dans cette affaire, le mélange malsain des projections mentales des uns et des autres, et les discours d'impuissance des appels assourdissant à la libération des passagers obscurcit la compréhension générale des enjeux.En Europe la liberté d'expression est "sans considération de frontières" au sens de la charte des droits du traité de Lisbonne. A reporter sur le droit à la liberté d'expression de la constitution du bélarus.
Article 33.
La liberté de pensée et d'opinion est garantie à chacun, ainsi que la liberté de les exprimer librement. Un texte bien malmené en ces temps de répression et de confusion.

Comment convaincre de ne pas libérer Protasevicius (manipulation/désinformation du bélarus)
nous pensions que l'action de manipulation de Minsk était arrivée à son terme, c'était sans compter sur le rebondissement du message du hamas, ce matin 27/05 selon lequel Raman Protasevicius décidait de se livrer lui-même, à son bourreau
Deux messages du BNS relançaient le 27/05 à 09h51 le feuilleton du vol Ryanair en livrant une suite avec des incohérences, sur Kauno Diena et Delfi.lt
Première incohérence le nom russe du correspond du HAMAS : ahmed-yurlanov1988. prénom, nom, année de naissance. la base d'expédition le site protonmail.com, au lieu de la DFAE. Seconde incohérence relevée l'information selon laquelle Vilnius était informée depuis le 23 mai. Alors que les articles précédents du BNS n'en faisait pas état. Puis le coup de grâce selon lequel Protasevicius se serait livré volontairement à Minsk en désespoir de cause pour éviter de sauter en plein vol : "Selon lui, l'information a été immédiatement transmise à l'équipage de conduite et "elle pouvait retourner à Lviv, Kiev, atterrir à Varsovie ou s'envoler pour Vilnius, mais a pris sa propre décision d'atterrir à Minsk".Ainsi le détail mineur évacué de l'alerte à la bombe revient au centre de l'attention. L'opinion publique conclut s'il s'est livré volontairement inutile de le libérer. Lukasancko a raison de le garder.Tout est fait pour crédibiliser Minsk alors que le Hamas nie les faits. Du grand art de la désinformation d'Etat.

Les déclarations successives de Lukasancko, et les commentaires successifs, publiés le 27 mai 2021, effondraient davantage le frêle équilibre mis en place, pour justifier l'acte de piraterie du Bélarus
Plusieurs enquêtes étaient lancées le 27 mai dont celle du FBI, sur le détournement du vol Ryanair le 23 mai. Il devenait de plus en plus difficile à Minsk de se justififier. L'opinion publique était convaincue que Minsk tenait le mauvais rôle. Les retraits de vols achevaient de désorganiser l'activité aérienne touchant cette fois Aéroflot et donc la compagnie russe. Le Vendredi 28 mai le vol hebdomadaire Vilnius-Moscou était annulé. Plus un seul avion occidental ne survolait le Belarus. Paris refusait au vol Minsk-Barcelone le survol de son territoire. Contraignant le vol à rebrousser chemin. La Suède retirait à Belavia la compagnie aérienne du Bélarus, sa licence de vol. L'intégration Russie-Belarus servait d'argument afin de réduire les offres commerciales des compagnies aériennes. Une évidence politique s'imposait par l'expression du refus de contracter avec Minsk. Putin devait gérer la crise. Lukasancko ne comptait plus sur la scène internationale. Certes la crise du tourisme charter des pays Baltes reste encore à régler. Toutefois au détriment de 2 pays: le Bélarus et la Russie. L'alerte à la bombe du présumé Hamas s'estompait, il ne restait que les incohérences d'un message rédigé en russe, émanant d'un palestinien présume se nommer YURLANOV, posté de Suisse. Trop d'invraisemblances dans la chaine! Un mauvais scénario de polar de dernière zone.
la séquence Sofia Sapega reste à jouer....

Le message d'alerte à la bombe était envoyé <après> le détournement du vol Ryanair le 23 mai, affirme Bluewin.ch le 27 mai
«Toutefois, nous sommes en mesure de voir quand le message a été envoyé et nous pouvons confirmer que le message en question a été envoyé après que l'avion a été détourné», indique encore la compagnie protonmail.
From Lituanian to english
Angry letter from Ryanair CEO in Belarus:
condemning the incident and exposing the claim 2021-05-28 13: 25: 00Kauno.diena.lt inf. Text size: print Michael O’LearyScanpix Photo

Ryanair Holdings PLC has dismissed Belarus' allegations of the plane, which forcibly landed in Minsk on Sunday as it flew into Vilnius. The airline chief sent a private letter to the Belarusian director of aviation requesting the identification of the three people on board because they are suspected of being security service agents, writes The Wall Street Journal. The latest letter, sent this week by Ryanair CEO Michael O’Leary, had not been published before. The Wall Street Journal notes that Mr. O’Leary described the plane landing incident as "willful and unlawful" hijacking and "unlawful and wrongdoing." We recall that the authoritarian Belarusian President Aliaksandr Lukashenko, with the firm support of Moscow, provoked international outrage by ordering the interception on Sunday of a Ryanair fighter jet from a Ryanair airliner between Athens and Vilnius, which included Pratasevicius, 26, and his girlfriend Sofia Sapega, 23. Pratasevich was last seen in a video posted by Belarusian authorities on Monday. In it, a nervous-looking young man spoke of giving "confessional testimony" on accusations he had helped organize mass unrest in Belarus. He can be sentenced to up to 15 years in prison for such an offense. Inesa Alenskaya, a lawyer for detained Belarusian activist and blogger R. Pratasevičius, announced on Thursday that she had managed to meet her client. “Today we managed to get on the defense. I signed [a pledge not to make information public], I can't give you details, ”the lawyer said. Ms Alenskaya added that she could not report on where he was being held and his status. She stressed that Mr. Pratasevicius was "alive and well"
Skaityti daugiau:

https://kauno.diena.lt/naujienos/pasaulis/konfliktai-nelaimes/baltarusijai-piktas-ryanair-vadovo-laiskas-pasmerke-ivyki-ir-isdeste-reikalavima-1027534