READING BY PLANETS
Golubev in Moscow Red Place on september 21


« Je voulais influencer d’une manière ou d’une autre ce qui se passe à la maison. » Ce que l’on sait du Biélorusse qui a fait du piquetage à Moscou. « Il considérait qu’il était de son devoir de sortir avec une affiche sur la Place Rouge », déclarait Irina (nom changé à la demande de l’héroïne), une connaissance du Biélorusse Dmitry Golubev. C’est le même homme qui a était arrêté par la police mardi pour un piquet de piquetage sur la Place Rouge à Moscou. il est jugé le 23 septembre.
Irina déclarait que Dmitry Golubev avait déménagé à Moscou il y a environ deux ans, il vivait auparavant en Biélorussie, où il avait une entreprise de fleurs, qu’il vendait. Avec lui, sa famille déménageait aussi dans la capitale russe - sa femme et ses deux enfants, un de ses enfants ayant des besoins spéciaux (handicap?). L’homme travaille comme chauffeur, sa femme - dans l’immobilier.
- Dmitry réagissait très vivement aux événements qui se déroulent en Biélorussie. Il avait un sentiment de culpabilité d’être à Moscou, alors que chez lui, les gens souffrent, assis dans des prisons, qu'il ne peut en aucun cas aider. Il a pensé à ce qu’il pouvait faire pour influencer d’une manière ou d’une autre ce qui se passait, pour exprimer son attitude face aux événements », se souvient Irina. Golubev a dit à un ami qu’il envisageait de sortir dans un endroit bondé de Moscou avec un piquet de piquetage contre les autorités opérant dans son pays natal - afin qu'encore plus de gens apprennent ce qui se passe en Biélorussie. Dans le même temps, il croyait que pour une telle action, il n’y aurait pas de conséquences pour lui, car les piquets uniques en Russie sont autorisés.

- Je l’ai découragé de donner suite à ce projet, parce que cela s’apparente à un suicide social. Il a expliqué qu’il pouvait y avoir n’importe quoi: la chose la plus inoffensive étant une amende à payer,voire une arrestation. Une expulsion de Russie. serait dangereuse, surtout pour aller en Biélorussie. Mais encore, il ne pouvait qu'être arrêté. J’ai juste conseillé: "ne le faites pas, au moins le jour des élections à la Douma en Russie". Ensuite, nous avons accepté d’en parler au téléphone, mais je n’ai pas pu appeler Dmitry. Aux nouvelles, Irina apprenait qu’un Biélorusse, venu sur la Place Rouge, avec une affiche piquetait, elle reconnaissait Dmitry Golubev sur une photo de EVD.info.Dans l’après-midi du 21 septembre, un citoyen du Bélarus, Dmitry Golubev, était arrêté sur la Place Rouge à Moscou, pour le déployé d'une affiche avec l’inscription « Arrêtez de nourrir le régime de Loukachenko ». Le Bélarussien était emmené au service de police du district de Kitay-Gorod, où un protocole était élaboré en application de l’article sur la participation à une action non coordonnée. L’homme était ensuite libéré, avec l’obligation de comparaître devant le tribunal le 23 septembre. Il risque une amende de dix à vingt mille roubles russes (de 340 à 680 roubles biélorusses) ou un travail obligatoire pouvant aller jusqu’à quarante heures.
Cette action ressemble au suicide de Stépan Stapylov, au tribunal de Minsk avec un stylo, en protestation pour les injustices subies. Dans le cas de Dmitry, la protestation est tombée dans la rue. Une réaction communautaire face aux injustices subies. Le sentiment de réagir face au progrom de masse qui touche son peuple. Sviatlana réclamait en août 2020 le droit de s'opposer au régime de Minsk. Aujourd'hui l'homme de la Rue proteste aussi en Russie. Une réaction communautaire.